Philosophie du Catch and Release

Philosophie du Catch and Release

Le fait de tuer les poissons les plus petits et de relâcher les plus gros spécimens peut sembler un concept étonnant pour certaines personnes.

Lorsqu’un poisson (ou tout organisme vivant) atteint une taille supérieure à la moyenne, cela signifie qu’il a exploité de façon optimale son environnement, à tous points de vue. Cela implique :

– Stratégie et comportement alimentaire (à la fois instinctif et appris) et capacité du poisson à extraire la valeur nutritionnelle maximale (besoins en termes d’énergie et de croissance) de cette alimentation, cette aptitude étant génétique.

– Lutte contre les prédateurs. Le poisson doit constamment éviter les prédateurs, ce qui résulte à la fois de l’instinct (donc de la génétique) et de l’apprentissage.

– Minimisation de l’exposition aux conditions environnementales non optimales. Plus le poisson passe de temps dans des conditions environnementales optimales, plus il se développera de façon rapide et saine (atteignant finalement sa taille maximale). Une fois de plus, le poisson fait preuve d’un comportement à la fois instinctif et appris pour rechercher les conditions optimales en termes de température de l’eau, de salinité de l’eau, de disponibilité de nourriture, d’absence de prédateurs, etc.

Un gros poisson est la preuve vivante qu’il maîtrise son milieu, ayant trouvé la formule parfaite pour son environnement. Cependant, même si tous les poissons pouvaient exploiter de façon optimale leur environnement, ils n’atteindraient pas tous nécessairement la catégorie de trophée. Pour parvenir à cette taille, le poisson doit posséder les gènes qui le conduisent non seulement à faire le meilleur usage de son environnement, mais aussi qui lui permettent d’atteindre de grandes proportions. Il est intéressant de savoir que selon les chercheurs, le comportement appris peut être transmis aux générations suivantes sous forme d’instinct.

Un éleveur ne tue jamais les meilleurs exemplaires de son cheptel ; il n’abat jamais ses taureaux primés, pourquoi cela devrait-il être différent pour les poissons ?

Dans la nature, quelle que soit l’espèce, le taux de mortalité le plus élevé est toujours observé à la base de la pyramide de la population, c’est-à-dire que les poissons les plus petits ou les plus jeunes meurent davantage que les plus gros ou les plus vieux. Si l’on décide de tuer des poissons, il est donc plus conforme à la vie naturelle de tuer les poissons les plus petits.

Les gros poissons produisent non seulement plus d’œufs (dans certains cas de façon exponentielle), mais sont également de meilleurs reproducteurs. De nombreuses espèces de poisson de mer forment des groupes de frai dans la mer à l’époque de la reproduction, lorsqu’ils sont très sensibles aux prédateurs, notamment aux requins. Lorsqu’un poisson atteint une grande taille, cela signifie qu’il a frayé de nombreuses fois et qu’il favorise directement le renouvellement des ressources, non seulement pour le nombre de jeunes poissons qu’il produit, mais aussi pour les formules génétiques précieuses qu’il transmet aux jeunes exemplaires.

De plus, les gros poissons sont généralement moins bons sur le plan gastronomique, en raison de la consistance de leur chair et/ou de l’abondance de parasites.

Dans la mesure du possible, nous essayons d’orienter notre consommation de poisson sur les espèces à croissance plus rapide. Plus un organisme se développe lentement, plus il est exposé à une surexploitation, puisque les adultes mettent plus de temps à parvenir à maturité.

Truites lapones

Truites lapones

Quelques photos de mes dernières prospections pour traquer ces superbes truites ici en Laponie suédoise…
Les leurres D-Contact en taille 50mm et 63mm sont parfaits dans ces conditions.
Savourez !

Buster Jerk coloris France

Buster Jerk coloris France

Voilà quelques années déjà que je souhaitais mettre au point quelques coloris fantaisistes qui correspondraient aux brochets suédois aussi bien en Baltique qu’à l’intérieur des eaux, là où cette teinte si particulière comme j’aime l’appeler « thé café » prédomine.

Après quelques discussions et la décision finale du PDG de SMITH Europe, le feu vert fut donné… et il ne me fallu que quelques jours pour présenter ma première et seule planche qui fut immédiatement acceptée. Sans l’aide d’une graphiste talentueuse, Émilie, il m’aurait été bien difficile de présenter un document répondant aux normes d’impression. Julien Roméro s’est ensuite chargé de peaufiner tout cela afin de répondre au cahier des charges fonctionnel de l’entreprise STRIKE PRO qui fabrique ces superbes BUSTER JERKS.

C’est ainsi que sont né mes chers coloris.

À l’heure actuelle les coloris Dragon (#581), Jamaïcain (#584), Skull (#586) font des ravages sur les très grosses femelles. À ce sujet le Dragon (#581) accuse déjà 3 brochets de 110cm à son actif !! Je me suis d’ailleurs interdit de pêcher avec car j’ai du mal à utiliser un autre coloris.

Sans surprise, le Jamaïcain (#584) fait du remue ménage et nombreux sont les poissons suiveurs qui veulent l’ingurgiter.

Le plus étonnant de tous est certainement le Skull (#586) qui de part ses motifs tête de morts fait déplacer vraiment beaucoup de poisson et même de très très grosses perches… des spécimens dépassant les 60cm. Mais ça c’est une autre histoire !

Les coloris que je vous présente ne pêchent pas que le pêcheur mais ils prennent aussi du poisson et des gros !!

Lappland Pro Natur fait « peau neuve » en 2014

Lappland Pro Natur fait « peau neuve » en 2014

Amis pêcheurs c’est avec beaucoup de plaisir que je vous annonce la naissance de ce nouveau site internet.
Il est la vitrine de ces presque 10 années de carrière à vous servir sur l’eau mais il est aussi le fruit de ces longs mois d’été  passés à vos côtés en Laponie Suédoises depuis 2006.

   Vous y trouverez des nouvelles relatant mes périples aux 4 coins du globe et bien entendu toute l’actualité de Lappland Pro Natur à Gafsele.

   Cette nouvelle plateforme se veut plus centralisatrice que notre ancien système. Plus riche en informations. Plus performante. Et toujours plus près de vous !

   Alors soyez patient… à l’image de la chenille dans sa chrysalide, en pleine métamorphose, le site internet de Lappland Pro Natur reviendra avec plus d’accessibilité pour tous dans quelques mois.
En attendant rendez-nous visite de temps en temps, car la saison de pêche aux brochets débute bientôt en Laponie Suédoise…

2018 Une saison folle de pêche aux brochets en Finlande et en Suède !

2018 Une saison folle de pêche aux brochets en Finlande et en Suède !

Commençons par les brochets en Finlande au mois de mai 2018. 3 semaines sur place. Que dire… 114 cm pour les plus gros brochets… Une quantité époustouflante de poissons entre 80 et 100 cm. Faisons l’impasse sur les brochets de 50 à 70 cm qui sont légion. Cet archipel en mer Baltique est l’endroit idéal pour ces prédateurs qui évoluent dans des profondeurs allant de 50 cm à 4 m en moyenne.

Les brochets sont en densité importante et la quantité de tailles moyennes oblige à pêcher fort (entendez par là, avec des gros leurres) pour sélectionner… et oui, car la compétition alimentaire fait que les plus petits se jettent sur votre leurre en premier ! Il n’est pas rare de voir suivre 2, 3 voir plusieurs brochets derrière votre leurre. Il m’est arrivé d’en compter jusqu’à 10 !!!! Vous avez bien lu ! 10 brochets de 50 à 70 cm derrière mon gros leurre souple !

C’est sans dire que les paysages dans cet archipel sont époustouflants comme en témoigne la photo ci-dessous. L’archipel du Kvarken est le spectacle d’un phénomène géologique unique. La terre sort du sol et chaque année le niveau d’eau baisse… rendant ainsi la navigation compliquée.

VIDÉO DE PÊCHE AU BROCHET EN LAPONIE SUÉDOISE PAR MAX

Afin de terminer cette année 2015, je tiens à tous vous remercier pour vos différents messages et un grand merci à ceux qui auront visité Lappland Pro Natur cette saison 2015 pour une pêche estivale bien difficile au vu des conditions météorologiques fraiches.

Max nous gratifie d’une belle vidéo que je vous présente. Voilà ce qui vous attend si vous vous rendez à Gafsele l’été prochain.

2016 est une belle année, je vous souhaite de très beaux moments au bord de l’eau et de joyeuses fêtes avec vos proches.